Clause de non-concurrence : la synthèse des règles !

Non-concurrence, clause de non-concurrence, obligation de non-concurrence, contrat de non-concurrence, avocat.

 

Votre clause non-concurrence est-elle valable ? Est-elle nulle ? Découvrez vos droits !

Il existe de nombreux types de clauses de non-concurrence, soumises à des règles très différentes. Afin de connaître ses droits, le justiciable doit bien distinguer le type de clause qu’il a signée.

Afin de vous permettre d’y voir plus clair, nous proposons, ci-dessous, une série de fiches pratiques faisant le point en termes clairs sur les règles applicables aux différentes clauses de non-concurrence.

Les lignes qui suivent présentent également les différentes possibilités qui existent pour les justiciables d’utiliser les clauses de non-concurrence ou de s’en défaire.

*

Clause de non-concurrence : sortez de l’incertitude !

Une clause de non-concurrence est une clause insérée dans un contrat conclu entre deux personnes et aux termes de laquelle une personne s’interdit de faire concurrence à l’autre – que ce soit en tant que travailleur salarié, ou en développant une activité d’indépendant.

Pour être valable, la clause doit respecter un certain nombre de conditions strictes.

Le contentieux lié aux clauses de non-concurrence est volumineux. Sans nul doute, il s’agit là d’une conséquence du fait que la rupture brutale d’une collaboration pour lancer une activité concurrente est souvent perçue comme une trahison par celui qui la subit, en sorte qu’une part de rancœur personnelle – pas toujours illégitime – trouve souvent sa place dans les actions judiciaires relatives à la non-concurrence.

Les clauses de non-concurrence se voient appliquer des règles différentes selon le contexte dans lequel elles prennent place. Les meilleurs praticiens faisant parfois la confusion [1], il importe de bien identifier le type de clause qui vous concerne.

Pour mieux vous orienter nous distinguons dans les lignes qui suivent deux situations, selon que :

  1. le contrat lie deux entreprises ;
  2. le contrat lie un travailleur et son employeur.

Pour obtenir plus d’informations sur la légalité de votre contrat, sélectionnez ci-dessous la fiche qui correspond à votre situation.

*

Le contrat lie deux entreprises (en ce compris les clauses de non-concurrences conclues avec un indépendant) :

*

Le contrat lie un (ex-) travailleur et son (ex-) employeur :

Dans les relations travailleur/employeur, il faut distinguer les cas des de figure en fonction de la période à laquelle les activités concurrentes prennent place.

  • Pendant la durée de la relation de travail, par nature, une clause de non-concurrence « tacite » est imposée au travailleur (risque pour les travailleurs qui lancent une activité indépendante à titre complémentaire) ;
  • Après le contrat de travail, seuls les travailleurs qui ont expressément signé une clause de non-concurrence sont soumis à des réserves. A nouveau, on distingue deux hypothèses :
    • La clause de non-concurrence post-contractuelle peut avoir été prévue dans le contrat de travail. Il en existe plusieurs types :
    • La clause de non-concurrence post-contractuelle peut également avoir a été conclue après la fin du contrat de travail. Leur légalité est aujourd’hui douteuse. Elles sont amenées à disparaître.

*

Quelques règles de procédure relatives aux clauses de non-concurrence

Il ne s’agit pas simplement d’être dans ses droits. Il faut encore le démontrer ! Le justiciable veillera donc à respecter des règles élémentaires de procédure (ou à se faire conseiller efficacement). Nous exposons ci-dessous quelques règles de procédure importantes dans de la mise en œuvre des clauses de non-concurrence :

*

Ne confondez pas !

Enfin, il faut ne pas confondre l’obligation contractuelle de non-concurrence avec deux situations proches. Formulons ici deux précisions utiles :

  • la concurrence déloyale est toujours interdite; elle permet de sanctionner le détournement de personnel même en l’absence d’obligation contractuelle de non-concurrence ;
  • même si elles sont souvent cumulées et/ou confondues, les clauses de non-concurrence doivent être distinguées des clauses d’exclusivité. Là où la clause de non-concurrence a pour objectif d’interdire à son débiteur de faire concurrence, la clause d’exclusivité a pour objectif d’obtenir de son débiteur qu’il consacre l’entièreté de ses efforts à son cocontractant.

*

Les différents liens relayés dans cette fiche devraient vous permettre d’obtenir de plus amples informations sur le cas de figure auquel vous êtes confrontés.

Si, malgré tout, vous avez encore des questions, ou que vous souhaitez une consultation complète, n’hésitez pas à nous contacter.

*

Nous avons l’habitude de fournir en pied de page les références de lectures utiles, pour ceux de nos lecteurs qui voudraient aller plus loin. Les sources ci-dessous couvrent l’ensemble de la matière évoquée dans la présente fiche :

———-

[1] Généralement, l’analyse est incomplète et n’envisage pas tous les cas de figures. Voyez par exemple, en matière de clause de non-concurrence-type dans un contrat de travail (ou ici). La distinction entre les différentes clauses de non-concurrence n’est pas toujours faite.

L’information n’est pas forcément erronée, mais le justiciable en ressort parfois avec l’esprit confus.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− trois = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>